Campagne Anti Escroqueries (Ministère de l’Intérieur)

 » Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, de l’Outre-Mer et des Collectivités Territoriales lance une campagne d’information sur la lutte contre les escroqueries. Escroquerie, que dit la loi ? Que faire lorsque l’on a été victime d’une escroquerie ? A qui signaler un courriel ou un site d’escroqueries ? Retrouvez les réponses à ces questions ci-dessous…

  Vous renseigner ou signaler un mail ou un site qui vous semble être une tentative d’escroquerie :

0811 02 02 17

ou

www.internet-signalement.gouv.fr

  Escroquerie, que dit la loi ?

Extrait :
Article L313-1 du Code Pénal
«L’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité, soit par l’abus d’une qualité vraie, soit par l’emploi de manœuvres frauduleuses, de tromper une personne physique ou morale et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque, à fournir un service ou à consentir un acte opérant obligation ou décharge. L’escroquerie est punie de cinq ans d’emprisonnement et de 375 000 euros d’amende».

Zoom sur quelques escroqueries :

L’escroquerie aux  billets noircis
«Une valise d’argent pour si peu : la belle affaire ! »

«Dans un bar, une personne m’a accosté pour me proposer une affaire très
intéressante. Elle disposait d’une mallette pleine de billets tachés d’encre noire. Elle m’a montré, avec un peu de produit, comment les traiter et de vrais billets sont apparus, dont elle m’a fait cadeau. Elle m’a proposé la moitié des billets de la mallette à condition d’avancer l’argent pour acheter le produit, trop cher pour elle seule. Convaincu, j’ai accepté. J’ai donc versé une première somme d’argent pour acheter à l’étranger ce produit nettoyant, puis une seconde pour débloquer le produit à la douane. Quatre versements plus tard, je me suis rendu compte de l’escroquerie dont j’avais été victime».

Fausse qualité : l’escroc était bien caché
« Je suis policier, gendarme, pompier : aidez nous financièrement »
«Je suis commerçant et j’ai reçu un appel d’un homme se disant commissaire de Police de ma ville. Il m’a invité à financer le petit journal du commissariat en y achetant un encart publicitaire pour la promotion de mon commerce. J’ai accepté. J’ai ensuite reçu par fax le bon de commande indiquant la somme à payer. Rassuré par la présence du logo de la Police, j’ai envoyé un chèque. Sans nouvelles quelques semaines plus tard j’ai contacté mon commissariat : j’ai appris qu’il n’existait aucun journal !Résultat : pensant aider le commissariat j’ai enrichi un escroc et j’ai perdu beaucoup d’argent».

Une fausse épargne qui vous ruine
« Un placement à taux rémunérateur record !»

«J’ai reçu les confidences d’une connaissance qui m’a dit avoir trouvé la solution pour arrondir facilement ses fins de mois : une de ses collègues de travail lui a proposé un placement très rémunérateur : 10 % par mois. Elle m’a dit qu’il faudrait placer 5000 euros. Après avoir un peu hésité, j’ai décidé d’investir 1000 euros, et elle m’a effectivement remis, après 30 jours, la somme de 1100 euros. Confiante, j’ai décidé de lui confier toutes mes économies, que je n’ai jamais revues».

Je sais que les trop bonnes affaires n’existent pas
Je ne confie pas d’argent à un inconnu

L’escroquerie à la fausse loterie

«J’ai été avisé par courrier que j’avais gagné une grosse somme d’argent à un jeu. Mais avant, j’ai dû verser une somme afin de récupérer le gain. J’ai versé l’argent mais je n’ai jamais rien reçu !»

Je ne réponds jamais à ce type de proposition
Si je n’ai pas joué, j’ai peu de chance d’avoir gagné

L’escroquerie à l’héritage
«Aidez-moi à toucher mon héritage, vous ne le regretterez pas»

 «J’ai reçu un courriel d’un inconnu qui m’a proposé de servir d’intermédiaire financier. Il se disait bénéficiaire d’un héritage conséquent qu’il ne pouvait toucher, faute de moyens suffisants pour avancer les frais de succession. Il m’a demandé de lui avancer la somme et proposé de toucher en retour 20% de l’héritage. Je lui ai envoyé l’avance par virement bancaire. Une fois les versements effectués, le contact a été rompu. Je n’ai jamais reçu la commission promise».
Je n’envoie pas d’argent à un inconnu via un service de transfert d’argent ou par virements bancaires

Je ne réponds jamais à ce type de proposition

Escroqueries sur Internet : Transactions virtuelles, pertes bien réelles

Un virement pour acheter un produit sur internet, ça peut coûter cher

«J’ai déniché une annonce proposant une voiture à un prix très attractif. Après plusieurs échanges avec le vendeur, j’ai reçu un courriel au nom du site définissant les modalités de paiement. Je ne me suis pas méfié et j’ai réglé le bien en passant par un service de transfert d’argent. En fait, c’est le vendeur escroc qui avait envoyé ce courriel ! L’argent a été retiré le jour même. Je n’ai jamais reçu le bien que j’avais payé».

Si je vends ou achète un bien très onéreux, j’organise une rencontre avant la transaction
Si je vends un bien, j’attends d’avoir reçu matériellement l’argent avant de le livrer

Phishing» : un mail ça peut faire très mal
«Je suis votre banque et j’ai besoin de votre mot de passe de connexion»

«J’ai reçu un courriel de ma banque me demandant mon identifiant de connexion et  le mot de passe de consultation de mon compte en ligne. Ils m’avaient alors expliqué qu’ils avaient besoin de mettre à jour mes données de connexion. Le problème c’est que ce n’était pas ma banque. Mon compte a été vidé».

Je ne réponds jamais à un courriel qui me demande de transmettre mes coordonnées bancaires
je sais que ma banque ou toute autre institution de confiance ne me les demandera jamais par courriel
En cas de doute, j’appelle directement ma banque

Tentative d’escroquerie connue sous le nom d’escroquerie « à la nigériane » ou encore escroquerie « 419 ».

«Je viens de recevoir un e-mail bizarre, d’une personne que je ne connais pas, se disant d’origine nigériane et me demandant de l’aider. Que dois-je faire ?».

Vous ne devez pas répondre, ni envoyer d’accusé de réception.
Il s’agit d’une tentative d’escroquerie connue sous le nom d’escroquerie « à la nigériane » ou encore escroquerie « 419 ».
Il est généralement expliqué au destinataire qu’une personne influente et riche, en disgrâce dans son pays, cherche à transférer en France de très importantes sommes d’argent actuellement bloquées dans son pays d’origine.
Pour ce faire, il a besoin d’un prête-nom, qu’il récompensera très généreusement (souvent 10% du montant des fonds à transférer) – Le but de cette escroquerie est d’amener la victime à accepter de verser  une participation financière pour régler des soi-disant frais de dossiers, payer des intermédiaires etc…

Utilisation frauduleuse de numéros de carte de paiement sur Internet

«En recevant mon relevé de compte bancaire, je me suis aperçu qu’on m’avait débité x….€ (ou $) en paiement d’achats sur Internet que je n’ai pas effectué. Que puis-je faire ?»

Vous avez été victime d’une escroquerie.
Vous devez d’abord le signaler à votre agence bancaire, puis porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche de votre domicile
.
Vous devez vous munir d’une pièce d’identité, de votre relevé d’identité bancaire mentionnant les paiements que vous contestez, des coordonnées de votre agence bancaire, et des références de votre carte de paiement.
Cette plainte permettra d’ouvrir une enquête, et sera, quel que soit le résultat, transmise au procureur de la République.

Préjudice d’une utilisation frauduleuse de numéros de carte de paiement sur Internet

«J’ai été victime d’une utilisation frauduleuse de mon numéro de carte de paiement sur Internet. Est-ce à moi de supporter le montant du préjudice ?»

Si vous avez signalé le problème à votre banque, elle vous a demandé un récépissé de dépôt de plainte – Si vous avez fourni ce document, votre banque doit recréditer votre compte du montant litigieux dans le délai d’un mois.

Comment porter plainte :

Si vous êtes victime d’une escroquerie, déposez plainte au commissariat ou à la gendarmerie la plus proche.

Munissez-vous de tous les renseignements en votre possession :
     - références du ou des transferts d’argent effectués,
     - références de la ou des personnes contactées : adresse de messagerie ou postale, pseudos utilisés, numéros de téléphone, fax, copie des courriels/courriers échangés…,
     - tout autre renseignement pouvant aider à l’identification de l’escroc.

Protection des données bancaires : les règles de vigilance
1. Sur Internet
     - Je réalise mes achats uniquement sur les sites de confiance, signalés par le logo et dont l’adresse commence, au moment de la transaction, par «https»
     - J’évite le piratage de ma carte bancaire en protégeant mon ordinateur avec un anti-virus, un pare-feu et un logiciel anti-espion à jour

2. Les automates (distributeurs de billets)

     - Je compose discrètement mon code et masque le clavier avec ma main
     - Je ne me laisse pas distraire par des inconnus qui proposent leur «aide» ; il s’agit souvent d’escrocs qui cherchent à subtiliser ma carte et récupérer mon code secret.

3. En magasins

     - Numéro de carte bancaire + date d’expiration + cryptogramme  = danger !
     Dans le cadre d’une transaction en magasin, il est très facile pour l’escroc d’identifier ces numéros et de les noter. Ces références sont suffisantes pour effectuer des achats en ligne.
     
     - Je ne quitte jamais des yeux ma carte bancaire, je ne la confie à personne
     
     - Je ne conserve pas mon code secret au même endroit que la carte4. De manière générale, je suis les conseils de mon banquier » (http://www.interieur.gouv.fr/sections/a_la_une/toute_l_actualite/securite-interieure/campagne-escroqueries)

 

 

 

SAM LUCIFER-Chroniques aléa... |
Ré-ouverture au trafic voya... |
La DP3 du collège Louise Mi... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Club Med
| Belgica
| ANIMNATURE